EPST : la gratuité, une réforme qui améliore progressivement la situation salariale des enseignants

EPST : la gratuité, une réforme qui améliore progressivement la situation salariale des enseignants

Dans un tableau chiffré, le Directeur National du Service de Contrôle et de la Paie des Enseignants (SECOPE), Papy Mangobe Moleka a présenté l’évolution de la situation des enseignants et des écoles avant et après la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement primaire, action phare du quinquennat du Président de la République, pilotée par le Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), le professeur Tony Mwaba Kazadi. Ce document officiel a révélé en toute clairvoyance les délices, si non les avantages de cette réforme sur le social des professionnels de la craie. Avant la Gratuité de l’enseignement primaire, soit de 1980 à 2019, le pays avait enregistré 41.739 écoles et 410.254 agents en termes d’effectifs, émaillé d’une enveloppe salariale de 70.154.552.544 Francs Congolais (FC). Le salaire de tous les enseignants de Kinshasa et Lubumbashi revenait à 168.728 FC et les enseignants du primaire n'avaient aucune prime de la gratuité. Dans les Chefs-lieux de provinces et les différentes provinces de la République, tous les enseignants avaient un salaire de 155.130 FC et ceux du primaire touchaient le même montant sans la prime de la gratuité. En ce qui concerne les frais de fonctionnement, il convient de souligner qu’il était fixé à 45.000 FC pour toutes les catégories d’établissements scolaires sans distinction. Il s’agit des écoles de 1 à 11 classes, écoles de 12 à 18 classes, écoles de 19 classes ou plus, y compris les écoles de prestige. Cette situation qui a longtemps terni l’image du ministère de l’EPST et a gardé les enseignants dans le gouffre de la misère, avec un impact négatif sur la qualité de l’enseignement, a connu une amélioration significative après la mise en œuvre de la Gratuité de l’enseignement primaire, soit de 2019 à nos jours, ce, grâce au dynamisme du Patron de l’EPST, le professeur Tony Mwaba qui travaille sans relâche pour la consolidation et la pérennisation de cette réforme. L’enveloppe salariale a connu une majoration de 169.542.016.757 FC pour servir les effectifs de 57. 948 écoles et 608.534 agents. Ce qui ramène le salaire de tous les enseignants de Kinshasa et Lubumbashi à 381.577 FC. Avec la prime de la Gratuité de 30.000 FC uniquement pour les enseignants du niveau primaire, le total mensuel revient à 411.577 FC. Au niveau des Chefs-lieux de provinces le salaire a doublé de 321.413 FC. Avec la prime de la Gratuité, le total mensuel à toucher est élevé à 351.413 FC uniquement pour les professionnels de la craie du primaire. Tous les enseignants des provinces ont également constaté la majoration de leur salaire fixé à 233.079 FC. Avec la prime de la Gratuité réservée uniquement aux enseignants du primaire, le revenu mensuel s'élève à 263.079 FC. De ce fait, les frais de fonctionnement repartis en catégorie, ont augmenté sensiblement : 125.224 FC pour les écoles de 1 à 11 classes, 420.190 FC pour les écoles de 12 à 18 classes, 620.190 FC pour les écoles de 19 classes ou plus et 2.450.000 FC pour les écoles de prestige. Cette nette amélioration, laisse entrevoir que la situation des enseignants et des écoles sera encore meilleure dans les jours à venir. CELLCOM/ EPST

Commentaire
Feb 11, 2019 at 3:15pm

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Velit nam, non magnam molestias aspernatur. Magni suscipit sequi harum odit sunt est.

Laissez Votre Commentaire

Rester connecté

Téléchargez notre application et recevez les dernières nouvelles et mises à jour. Regardez les nouvelles en direct à tout moment.